La clé de l’ambition!

Laissez-moi vous relater une situation que j’ai vécue il y a quelques années. Je voyageais vers le Canada, et j’avais fait une escale dans un aéroport américain. Pour passer le temps, je regardais décoller les avions, les uns après les autres, selon un balai incessant. En fait, je suis toujours impressionnée par les avions. Je trouve cela fascinant, pas juste l’aspect technologique, mais surtout le fait qu’une personne ait eu le courage, un jour, d’imaginer un objet dont le fonctionnement impliquerait de le faire lever vers le ciel bien qu’il soit lourd.

Dans ma contemplation, Dieu m’a alors parlé pour me communiquer un enseignement que je chéris précieusement. Il m’a alors expliqué que « de mon objectif dans la vie dépendraient les défis auxquels je serais confrontée, les sacrifices que j’aurais à faire, et le niveau de croissance spirituelle que je devrais atteindre ».

Dans une grande maison, il n’y a pas seulement des vases d’or et d’argent, mais il y en a aussi de bois et de terre ; les uns pour un usage noble et les autres pour un usage vil. Si donc quelqu’un se purifie, il sera un vase d’un usage noble, sanctifié, utile à son maître, propre à toute œuvre bonne.

2 Timothée 2: 20-21

Par exemple, si mon objectif dans la vie est limité à l’ambition d’un voyage effectué à une vitesse de 80 km/h, alors, un voyage en voiture ferait l’affaire. On peut rouler avec une voiture qui a de petits problèmes mécaniques sans trop de soucis. Au pire, la voiture tombera en panne pendant notre trajet, et on se stationnera en bordure de route. Ça nous ralentira peut-être, mais il n’y a pas forcément risque de mort.

Mais si notre ambition est plus grande, par exemple d’avancer à 700 km/h, alors, il devient impossible d’utiliser une voiture. Dans ce cas, il faut envisager d’utiliser par exemple un avion. Mais avec ce nouveau mode de déplacement, on doit être plus rigoureux. En effet, dans un avion, une panne nous expose à un crash mortel. Les enjeux deviennent donc plus grands, à mesure que notre ambition augmente. Il en est de même si vous optez pour un trajet dans une fusée, encore plus rapide qu’un avion. Comparativement à l’avion, une fois encore, l’attention aux détails doit être plus grande. Une foule de personnes devra être à l’œuvre dans la salle technique le jour-J pour que le décollage et le voyage tout entier se déroulent sans incident. Par conséquent, avant de se lancer à une grande vitesse, il faut rigoureusement vérifier tous les détails, incluant ceux qui seraient considérés insignifiants si l’on se contentait de se déplacer à une plus petite vitesse.

Qu’est-ce que cela signifie pour nous en Jésus?

Simplement que le niveau de croissance que nous devrons chercher à atteindre dépendra de l’ambition que nous choisirons. Si notre ambition en Jésus est limitée, alors certains ‘défauts’ peuvent être tolérés en nous. Dieu ‘fera avec’, tant que cela ne nous empêcherait pas de vivre et d’atteindre nos objectifs limités. Mais si nous visons les plus hauts sommets, alors une bonne préparation, une discipline parfaite, et une vie excellente (selon le standard de Jésus on s’entend) seront indispensables.

Le choix de notre ambition définira le processus de croissance, de maturité par lesquels nous allons passer, ainsi que les éléments que nous allons devoir développer dans notre vie.

Donc doit-on grandir? Oui bien sûr. Jusqu’où doit on grandir? Jusqu’à ce que l’on soit à même d’attendre nos objectifs : c’est là notre cible. Et pour savoir quelle sera la meilleure des cibles, lisez la troisième partie.

Soyez bénis en Jésus!